Le ring du bronx boxing Club, l'un des 40 clubs du bidonville de Bukom à Accra. Dans ce club s'entraine Richie Commey, 28 ans, l'un des meilleurs boxeurs ghanéens poids léger. Il a perdu le titre de champion du monde du International Boxing Federation (IBF) en septembre contre Robert Easter Jr.
Emmanuel, 15 ans, vient d'arriver après l'école à la "Discipline Boxing academy". Il s'entraine tous les jours et attend impatiemment le "friday fight", seul jour de la semaine où les boxeurs s'affrontent vraiment.
Emmanuel, Korley et John attendent leur coach Lawrence devant la "Discipline Boxing Academy", club créé il ya 8 ans dans le quartier de Bukom à Accra, Ghana
Les entrainements ont lieu après l'école et commencent toujours par des échauffements. Les jeunes sont responsabilisés très tôt, et prennent en main leur entrainement de manière très autonome. Le coach Lawrence supervise sans intervenir. L'entrainement se fait dans le silence le plus total. les jeunes apprennent ici rigueur et discipline, les valeurs du "noble art".
L'assistant de Lawrence aide Korley à enfiler ses gants.
De retour au Bronx Boxing Club. Hakkim Lokko, 9 ans est le fils de Lawrence Lokko, le fondateur du club. Il s'entraine avec son père et son oncle depuis qu'il est en âge de marcher. Il se déplace très vite, ses coups sont précis. Il veut un jour être comme son modèle Richie Commey.
A la "Discipline Boxing Academy", Emmanuel, Korley et John s'entrainent sous le regard exigeant de Lawrence et de son assistant. Aujourd'hui, c 'est un entrainement spécial pour les meilleurs mais d'ordinaire le club accueille une trentaine de jeunes.
Le "Sonia Boxing Gym" est un des quarante clubs du quartier de Bukom. Isaac, un ancien champion s'entraine avec son sparring partner. A l'arrière plan des fresques murales rappelant les valeurs de la boxe "Courage, discipline, force et dépassement de soi"
Dans une petite ruelle étroite du bidonville de Bukom, la porte de bois bleu qui donne accès au Bronx Boxing Club. Beaucoup d'enfants curieux viennent voir les adultes s'entrainer.
La "Discipline Boxing Academy", est un club important à Accra. Tout autour on devine l'enchevêtrement de baraquements et de ruelles étroites du bidonville de Bukom. Le coach qui dirige le club a été champion d'Afrique et du Ghana dans les années 90.
Emmanuel tape avec rage dans le punching Ball tenu par l'assistant de Lawrence. Ici comme dans les autres clubs de Bukom, les jeunes développent très tôt le "Fighting Spirit", un état d'esprit très combattif, étroitement lié à leur conditions de vie très dures dans laquelle les différends se règlent à la force des poings.
Les vrais combats ont lieu le vendredi, pour le "Friday Fight". Et les jeunes boxeurs attendent ce jour avec beaucoup d'impatience.
A la fin de l'entrainement, les jeunes boxeurs épuisés et en sueur s'étirent avant de ranger et balayer la cour du club. Ils font tout cela en silence et de manière très ritualisée, sans aucune consigne de leur entraineur.
Emmanuel, après l'entrainement. Il est anxieux car dans quelques minutes, il recevra avec ses camarades les impressions et conseils du coach.
Les boxeurs se préparent pour l'entrainement au Bronx Boxing Club. Un boxeur aide son partenaire à enfiler les gants juste après lui avoir bandé les mains.
Richie Commey s'entraine pour son combat IBF en Russie contre Denis Shafikov.
L'école jouxte le Bronx Boxing Club. L'institutrice s'impatiente après avoir rappellé un de ces élèves venu voir s'entrainer son idole.
Hakkim s'entraine avec son oncle. Chaque parade ratée est sanctionnée par un coup de baton en mousse soutenu. Malgré cela il garde le sourire et continue de provoquer son oncle en riant.
L'entrainement vient de se terminer à la "Discipline Boxing Academy". Korley spontanéement attrape une balayette de paille et se lance dans un grand nettoyage du ring. Ce rituel marque la fin de l'entrainement. Les jeunes boxeurs semblent fiers d'accomplir ces taches.
Korley, prend quelques minutes de répit, épuisé, juste après avoir fini de nettoyer le ring.
La sonnerie de la fin des cours vient de sonner. Beaucoup d'enfants enfourchent leurs vélos pour rejoindre au plus vite les clubs de boxe. Là ils consacreront plus de deux heures trente à taper avec rage dans des sacs usés
Une fine cloison de bois sépare l'école du ring. Hakkim fait des aller retour réguliers entre les deux univers au grand désespoir de l'institutrice.